Consensus

Le consensus est atteint lorsque tous les participants du réseau sont d’accord sur l’ordre et le contenu des blocs de la blockchain.

Dans les systèmes organisés de manière centralisée, toutes les décisions sont prises par un seul centre d’autorité. Par exemple, toutes les entreprises utilisent un grand livre comptable centralisé pour enregistrer toutes les transactions économiques qu’elles effectuent. Ce grand livre est traditionnellement géré par le département de la comptabilité, qui est la seule entité chargée de maintenir et de mettre à jour les entrées.
En revanche, dans les systèmes décentralisés, qui sont composés d’une multitude d’acteurs distribués et indépendants ayant des niveaux d’autorité identiques ou similaires sur le reste du réseau, les décisions sont prises collectivement.
La blockchain, qui est par essence un registre distribué des transactions, est mise à jour par des mineurs individuels sans qu’aucune autorité centrale ne puisse assurer la surveillance et garantir l’exactitude des entrées.
Ainsi, il est nécessaire de consensus sur l’état précis du réseau à un moment donné. L’obtention de ce consensus parmi de nombreux nœuds essayant de coopérer à distance est une tâche non triviale, surtout lorsqu’elle est exacerbée par le scénario probable d’un nombre inconnu de nœuds fonctionnant mal ou agissant délibérément contre les intérêts du réseau, comme le démontre le problème des généraux byzantins.
Le Bitcoin (BTC), l’Ethereum (ETH) et d’autres crypto-monnaies utilisent des solutions techniques telles que les algorithmes de preuve de travail (proof-of-work) et de preuve d’enjeu (proof-of-stake) pour s’assurer que le consensus du réseau sur les transactions exactes qui ont eu lieu et à quel moment peut être maintenu sans dépendre de l’application centrale des règles.

Laisser un commentaire