Système Permissionless : c’est quoi ?

permissionless sans permission

Souvent utilisé pour décrire les blockchains, un système est dit sans permission lorsqu’aucune entité ne peut réglementer qui peut l’utiliser et comment il peut être utilisé.

Qu’est-ce qu’un système sans permission ?

Un système est dit « sans permission » lorsqu’il n’a pas de « gardiens ». Dans le cas des blockchains, on peut dire que le bitcoin est sans permission puisqu’aucune entité ne peut interdire à quelqu’un d’autre de l’utiliser ou de limiter son utilisation dans un but quelconque.

En d’autres termes, le bitcoin est sans permission car n’importe qui peut l’utiliser de la manière qu’il souhaite, tant que le protocole lui-même le permet, sans que personne ne puisse l’en empêcher.

La nature sans permission de la crypto-monnaie est souvent soulignée par les partisans du bitcoin comme l’une de ses principales caractéristiques. Grâce à cette absence d’autorisation, le bitcoin et sa blockchain peuvent être utilisés par des dissidents politiques ou d’autres organisations figurant sur la liste noire des systèmes bancaires, comme Wikileaks ou même des criminels. Aucun État ne peut censurer les transactions sur une blockchain sans autorisation.

Les systèmes avec permission, en revanche, ont une entité qui limite qui et/ou comment le système peut être utilisé. Le système financier traditionnel est permissionné, puisque les banques et les États limitent qui et à quelles fins les gens peuvent utiliser les banques et autres entités financières.

Tout comme le système financier traditionnel, certaines blockchains sont également soumises à autorisation par nature et ne peuvent pas être utilisées par n’importe qui et pour n’importe quelle raison. Habituellement, ces blockchains sont utilisées par des entreprises dans un but unique et ne peuvent être utilisées que par les participants au marché, car seules les adresses inscrites sur une liste blanche peuvent utiliser la chaîne.

Lire aussi :   Résistant aux ASIC : qu'est-ce que c'est ?

Le terme « sans permission » fait référence à la propriété d’un protocole d’être accessible à tous sans restriction, et donc, ne nécessitant aucune permission préalable.

Il est largement intégré dans l’esprit décentralisé et l’éthique open-source de la communauté crypto et blockchain qu’aucune partie centrale ne devrait avoir la possibilité d’autoriser ou d’interdire à quiconque d’utiliser une plateforme sans permission. Par conséquent, quiconque veut accéder à une blockchain n’a généralement pas besoin de fournir d’identification ou d’autres exigences KYC.

Les blockchains publiques ou sans autorisation garantissent que personne n’est discriminé ou censuré sur quelque base que ce soit, et que tout le monde a les mêmes chances de participer, quel que soit l’endroit où il se trouve.

En général, les mécanismes de consensus utilisés dans les réseaux sans permission sont la preuve de travail (POW) ou la preuve d’enjeu (POS). Avec ces mécanismes, il est primordial pour la viabilité à long terme du système que les participants au réseau (mineurs et stakers) soient incités à être honnêtes et à agir en faveur d’un fonctionnement normal. Des exemples typiques de réseaux sans permission sont le Bitcoin, l’Ethereum et le Monero.

Ces réseaux s’opposent aux réseaux avec autorisation, comme le Diem de Facebook ou les blockchains d’entreprise, où une partie centrale peut restreindre ou censurer les utilisateurs d’un réseau ou certains types d’activités/transactions. Ils exigent également que l’identification des utilisateurs soit déclarée et inscrite dans leurs registres. La plupart des réseaux à autorisation sont cryptographiquement sécurisés par quelques validateurs qui sont autorisés à produire des blocs et/ou à contribuer au réseau.

Laisser un commentaire