Yield farming : qu’est-ce que c’est ?

yield farming explication

Le yield farming est la pratique consistant  à prêter des crypto-actifs afin de générer des rendements élevés ou des récompenses sous la forme de crypto-monnaies supplémentaires.

Cette application innovante, mais risquée et volatile, de la finance décentralisée (DeFi) a vu sa popularité monter en flèche récemment grâce à d’autres innovations comme le liquidity mining.

Le yield farming est actuellement le principal moteur de croissance du secteur encore naissant de la finance décentralisée, qui devrait passer d’un marché de 500 millions de dollars à 10 milliards de dollars en 2020.

En bref, les protocoles de yield farming incitent les fournisseurs de liquidités (Liquidity providers pour LP en anglais) à placer ou à bloquer leurs actifs cryptographiques dans un pool de liquidités basé sur des contrats intelligents.

Ces incitations peuvent être un pourcentage des frais de transaction, les intérêts des prêteurs ou un jeton de gouvernance. Ces rendements sont exprimés sous la forme d’un pourcentage annuel de rendement (APY).

Au fur et à mesure que les investisseurs ajoutent des fonds au pool de liquidités correspondant, la valeur des rendements émis augmente.

Au début, la plupart des yield farmers ont misé sur des monnaies stables bien connues : USDT, DAI et USDC. Cependant, les protocoles DeFi les plus populaires fonctionnent désormais sur le réseau Ethereum et offrent des jetons de gouvernance pour ce qu’on appelle le liquidity mining.

A lire : Yield Farming et Liquidity Mining : quelle est la différence ?

Le liquidity mining se produit lorsqu’un participant au yield farming gagne des récompenses en jetons comme compensation supplémentaire, et a pris de l’importance après que Compound ait commencé à émettre le COMP, son jeton de gouvernance, aux utilisateurs de sa plateforme.

La plupart des protocoles de yield farming récompensent désormais les fournisseurs de liquidités par des jetons de gouvernance, qui peuvent généralement être échangés sur des exchanges centralisés comme Binance et des exchanges décentralisés comme Uniswap.

Les sept protocoles de yield farming les plus populaires

Les yield farmers utilisent souvent une variété de plateformes DeFi différentes pour optimiser les rendements de leurs fonds mis en jeu. Ces plateformes offrent des variations de prêts et d’emprunts incitatifs à partir de pools de liquidités.

Voici les protocoles de yield farming les plus populaires :

Compound

Compound est un marché monétaire pour le prêt et l’emprunt d’actifs, où les intérêts composés ajustés par algorithme ainsi que le jeton de gouvernance COMP peuvent être gagnés.

MakerDAO

MakerDAO est un pionnier du crédit décentralisé qui permet aux utilisateurs de verrouiller des crypto-monnaies en tant qu’actifs collatéraux pour emprunter du DAI, un stablecoin libellé en USD. Les intérêts sont payés sous la forme de “frais de stabilité”.

Aave

Aave est un protocole décentralisé de prêt et d’emprunt pour créer des marchés monétaires, où les utilisateurs peuvent emprunter des actifs et gagner des intérêts composés pour le prêt sous la forme du jeton AAVE (précédemment LEND). Aave est également connu pour faciliter les prêts flash et la délégation de crédit, où les prêts peuvent être émis aux emprunteurs sans garantie.

Uniswap

Uniswap est un échange décentralisé (DEX) et un automated market maker (AMM) extrêmement populaire qui permet aux utilisateurs d’échanger presque toutes les paires de jetons ERC20 sans intermédiaire. Les fournisseurs de liquidité doivent mettre en jeu les deux côtés du pool de liquidité dans un rapport 50/50, et en retour gagnent une proportion des frais de transaction ainsi que le jeton de gouvernance UNI.

Balancer

Balancer est un protocole de liquidité qui se distingue par un jalonnement flexible. Il n’exige pas que les prêteurs ajoutent des liquidités de manière égale aux deux pools. Au lieu de cela, les fournisseurs de liquidité peuvent créer des pools de liquidité personnalisés avec des ratios de jetons variables.

Synthetix

Synthetix est un protocole de liquidité dérivé qui permet aux utilisateurs de créer des crypto-actifs synthétiques en utilisant des oracles pour presque tous les actifs financiers traditionnels qui peuvent fournir des données de prix fiables.

Yearn.finance

Yearn.finance est un protocole d’agrégation décentralisé automatisé qui permet aux yield farmers d’utiliser divers protocoles de prêt comme Aave et Compound pour obtenir le meilleur rendement.

Yearn.finance recherche de manière algorithmique les services de yield farming les plus rentables et utilise le rebasage pour maximiser leur profit. Yearn.finance a fait des vagues en 2020 lorsque son jeton de gouvernance YFI a atteint une valeur de plus de 40 000 dollars à un moment donné.

PanCakeSwap

PanCakeSwap est un DEX de Binance qui propose notamment des services de yield farming. Il a gagné beaucoup de notoriété grâce à la hype de la BSC.

SushiSwap

Sushiswap est un échange décentralisé (DEX) et un automated market maker (AMM) lancé en 2020 à l’issu d’un fork d’Uniswap. Il a rapidement gagné en popularité et est actuellement très populaire.

Autres protocoles de yield farming notables : Curve, Harvest, Ren.

Les risques du yield farming

Le yield farming peut être incroyablement complexe et comporte des risques financiers importants, tant pour les emprunteurs que pour les prêteurs.

Il est généralement soumis à des frais élevés de gaz d’Ethereum, et ne vaut la peine que si des milliers de dollars sont fournis comme capital. Les utilisateurs courent également des risques supplémentaires de perte impermanente et de dérapage des prix lorsque les marchés sont volatils.

Mais surtout, le yield farming est sujette aux piratages et à la fraude en raison des vulnérabilités possibles dans les contrats intelligents des protocoles.

Ces bugs de codage peuvent survenir en raison de la concurrence féroce entre les protocoles, où le temps est compté et où les nouveaux contrats et les nouvelles fonctionnalités sont souvent non vérifiés, voire copiés sur les prédécesseurs ou les concurrents.

Parmi les exemples de vulnérabilités ayant entraîné de graves pertes financières, citons le protocole Yam (qui a levé plus de 400 millions de dollars en quelques jours avant qu’un bogue critique ne soit exposé) et Harvest.Finance, qui, en octobre 2020, a perdu plus de 20 millions de dollars dans un piratage de liquidités.

Les protocoles DeFi sont sans autorisation et dépendent de plusieurs applications afin de fonctionner de manière transparente.

Si l’une de ces applications sous-jacentes est exploitée ou ne fonctionne pas comme prévu, cela peut avoir un impact sur tout cet écosystème d’applications et entraîner la perte définitive des fonds des investisseurs.

Il y a eu une augmentation des protocoles risqués qui émettent des jetons dits “mèmes” avec des noms basés sur des animaux et des fruits, offrant des rendements annuels moyens de plusieurs milliers.

Il est conseillé de faire preuve de prudence avec ces protocoles, car leur code est largement non audité et les rendements sont soumis à des risques de liquidation soudaine en raison de la volatilité des prix.

Beaucoup de ces pools de liquidité sont des escroqueries alambiquées qui aboutissent à un “rug pulling”, où les développeurs retirent toutes les liquidités du pool et s’enfuient avec les fonds.

La blockchain étant immuable par nature, les pertes de DeFi sont le plus souvent permanentes et ne peuvent être annulées. Il est donc conseillé aux utilisateurs de se familiariser réellement avec les risques de la culture du rendement et de mener leurs propres recherches.

 

Laisser un commentaire